Meschack Elia, un choix et des conséquences à assumer !

Lorsqu’on dépasse les bornes, il faut savoir assumer ! Elia Meschack ne ferait pas le contraire, dans un contexte particulièrement étouffant créé par lui-même. L’ancien du TP Mazembe s’est livré à un jeu de cache-cache en allant en Europe sur invitation d’Anderlecht. Le meilleur joueur du dernier CHAN surprenait tout le monde en fuguant, au moment où le club belge l’attendait pour parapher un contrat, dont on n’a jamais su le contenu.

Anderlecht suivit la trace du joueur jusqu’à le repérer en Suisse, pendant que certains médias l’annonçaient en France. Les raisons de la fuite d’Elia Meschack sont restées un véritable mythe, seul son agent en sait quelque chose.

La contre-attaque des Corbeaux !

Rarement battus dans les dossiers administratifs, les Corbeaux décidaient de contre-attaquer pour reprendre le contrôle sur leur attaquant, qui lui, se réclamait, depuis l’arrivée en Europe, être un joueur libre, théorie conçue et démontrée par son agent. Le TP Mazembe est allé auprès de la FECOFA, faire part de ses soucis. La direction du club Lushois a déposé une plainte, comme l’annonçait le manager du club dans une interview relayée par Footrdc.com.

L’examen du dossier par la fédération a pris quelques semaines avant la tombée du véridicit lundi dernier. Elia Meschack suspendu pour 12 mois par la FECOFA. Conséquence d’une attitude irrégulière que le président de l’instance faîtière, Constant Omari, a vivement condamnée. Le cas Elia s’est additionné à plusieurs déjà connus dans l’histoire du football congolais, beaucoup plus sur le dernier mercato. L’affaire Ben Malango au Raja, la petite mise en scène de Ricky Tulenge avec Difaa El Jadida, la traversée du fleuve par Munganga, Kazadi, Bompunga et Bangala, autant de faits aberrants qui ont terni le foot +243.

Elia à l’heure d’assumer !

Il existe des sanctions anecdotiques et sans effet comme celles de la Linafoot, mais celle provenant de la FECOFA n’en est pas une. Meschack Elia sait maintenant à quoi s’en tenir, la mesure prise par la fédé contre lui, peut s’avérer lourde de répercussions sur sa carrière. Le joueur est suspendu pour 12 mois, de toute activité sportive. En d’autre mots, en plus trois de mois qu’il a déjà passés sans jouer un seul match, Elia Meschack attendra jusqu’en novembre 2020 pour enfiler le maillot d’un quelconque club en match officiel.

Son agent a tout le temps d’aller en appel auprès de hautes instances pour prouver le contraire de ce que la FECOFA croit savoir. Un dossier qui ne pourra être résolu du jour au lendemain, d’autant que Mazembe dit avoir le contrat avec le joueur, et ce dernier s’obstine à le renier. Le flou que la FIFA tentera de dissiper par le temps qui court. Meschack Elia serait en Suisse avec l’étonnant statut de « réfugié politique », nous rapportait le directeur sportif du TP Mazembe. S’il ne peut jouer jusqu’en novembre de l’an prochain, lui sera-t-il facile de trouver un club des ambitions de son agent ? Reviendra-t-il au niveau qu’on lui connait ? Le temps nous dira si l’ancien joueur du CS Don Bosco avait raison de quitter Nerpeede sans mot… Pour l’instant, il doit assumer en véritable responsable, les conséquences de ses actes.

Tpmazembe.fr

vous pourriez aussi aimer