Coupe de la Confédération : les Corbeaux à un match du paradis

Près de 5 ans après sa dernière finale continentale, le TP Mazembe n’est plus loin de rallonger sa légende et réchauffer son palmarès africain déjà impressionnant. Les Corbeaux séjournent au Maroc depuis vendredi dans la soirée, non pas pour admirer la beauté du Royaume Chérifien tels des touristes insouciants. L’équipe de Moise Katumbi y est pour une mission : décrocher la qualification pour la finale de la Coupe de la CAF. C’est contre la Renaissance Berkane de Florent Ibenge que les Corbeaux seront en cette mission.

Garder les bonnes habitudes et ne pas prendre des risques

Après sa laborieuse victoire (1-0) dimanche dernier, à Lubumbashi, le TP n’en a que faire de la manière et du jeu à présenter à Berkane pour aller en finale. L’important, l’essentiel c’est de passer. Passer à l’autre bord où se trouve caché son bonheur perdu depuis 5 ans. La simplicité de l’équation ne pousserait-elle pas pousser Franck Dumas à ne pas se rendre la vie rébarbative ? Le but de John Bakata lors du match aller aura été tellement précieux que Kamalondo a eu raison d’exulter. Il n’y a pas eu que la victoire à la suite d’un but, mais une distance parcourue sur le chemin vers le graal. Le TP a une avance, faut-il maintenant la préserver. C’est là tout l’enjeu de 90 minutes qui attendent les Noirs et Blancs ce dimanche.

Se fidéliser aux habitudes n’en est rien d’autre que se refuser de perdre à l’extérieur à défaut de gagner. Cette saison, les Corbeaux n’ont pas gagné un seul match africain loin de leur écrin. Pour autant que les résultats (nuls) ont été parfois frustrants mais moins lourds de conséquences tant les Bandiagwenas sont aujourd’hui aux portes de la finale. Excepté la défaite (2-0) contre Al-Masry, Mazembe n’a pas déchanté sur une pelouse africaine. Même lorsqu’il fallait quitter la Ligue des Champions, c’était sans perdre à l’extérieur. L’heure pour confirmer la réalité d’une équipe qui ne perd pas de matchs qu’elle ne peut gagner est arrivée. Face à Berkane, la résilience pourrait être la norme, car se livrer serait une prise des risques démesurée. Les Corbeaux n’ont pas rien à craindre, si non, une avance à défendre, à défendre au prix de leur enthousiasme, de leur solidité, surtout de leur force collective. À Dumas de trouver l’équipe la mieux adaptée pour cette mission.

Ibenge, l’obstacle final pour l’accès en finale

On a beau dire que Florent n’y arrive souvent pas contre le TP Mazembe, bien plus, à Kamalondo, où il n’a jamais remporté un match. Mais attention ! Les statistiques et l’histoire ne sont pas autant décisives, ni déterminantes pour décider du sort d’un match dans le moment présent. La Renaissance Berkane n’est pas VClub, et même VClub de Ibenge a déjà battu le TP Mazembe en dehors de Kinshasa. Florent, un compatriote qui n’est pas sans savoir le mythe autour des Corbeaux. La victoire de Berkane sera aussi la sienne, et lui dans le sang de qui, coule une dose de rivalité, pour avoir été plusieurs années à la tête d’un club qui n’étonne pas l’hymne de l’amour ensemble avec le TP Mazembe. En plus de la chaleur du public du Stade Municipal de Berkane, le TP Mazembe devra affronter les plans de Florent Ibenge, obstacle final avant la finale.

Avec FootRDC

vous pourriez aussi aimer